Fissure Anale


  • 1- Qu'est ce qu'une fissure anale ?Open or Close

    Il s'agit d'une plaie aiguë ou chronique dans la muqueuse du canal anal s'accompagnant la plupart du temps de vives douleurs en rapport avec un spasme sphinctérien marqué. La fissure anale est un ulcère ischémique et l'hypertonie sphinctérienne majore l'hypoperfusion physiologique du pôle postérieur de l'anus par le biais d'une compression des artérioles le vascularisant. La fissure anale constitue en fréquence le deuxième motif de consultation proctologique chez l'adulte, après la pathologie hémorroïdaire avec la même incidence dans les deux sexes. La fissure anale aiguë est souvent d'apparition brutale, marquée par une douleur anale très intense déclenchée par la selle apparaissant ou réapparaissant après un intervalle libre après la défécation et peut durer de quelques minutes à quelques heures. Cette douleur, à type de brûlure, de déchirure, peut provoquer une constipation réflexe. Elle s'accompagne de rectorragies striant les selles ou en fin de selle et surtout d'une contracture sphinctérienne qui rend l'examen difficile.

  • 2- Dois-je me faire opérer ?Open or Close

    C'est le rapport utilisant votre poids et votre taille qui détermine si vous avez des facteurs de risque médicaux (diabète, hypertension artérielle, maladies cardiovasculaires, arthrose ) liés à une surcharge pondérale.

  • 3- Comment se déroule l'intervention ?Open or Close

    L'intervention peut être réalisée sous anesthésie générale ou loco-régionale ou sous anesthésie locale avec sédation réalisée dans le cadre de la chirurgie ambulatoire avec retour au domicile le soir même. Quelques jours avant l'intervention, il est recommandé de prendre des laxatifs afin d'éviter une première selle dure en postopératoire. Il n'y a pas de régime alimentaire particulier à suivre. Une préparation locale par lavement ou suppositoire évacuateur est souvent proposée quelques heures avant l'intervention. Il est important de vider sa vessie avant l'intervention pour limiter les difficultés d'uriner en postopératoire. La durée opératoire est d'une vingtaine de minutes. Nous réaliserons un bloc des nerfs pudendaux (qui innervent la région opérée) avant la chirurgie, sur un malade sous anesthésie. Ce bloc permet de prolonger l'analgésie plusieurs heures après l'intervention et de diminuer le recours à des antalgiques comme la morphine dont les effets secondaires (nausées, vomissements, rétention d'urines, constipation) sont désagréables.

  • 4- La fissure anale peut-elle dégénérer en cancer ?Open or Close

    On ne dispose actuellement pas de données scientifiques qui permettent de craindre une telle complication. Dans certaines maladies qui créent des plaies de l'anus persistantes pendant de nombreux mois ou années (maladie de Crohn), il n'est pas observé de risque accru de cancer. En pratique courante, nous ne connaissons pas de malades souffrant d'une fissure anale chronique qui aient vu apparaître secondairement un cancer de l'anus. On peut donc répondre négativement à cette question.

  • 5- Pourquoi la fissure anale est-elle aussi douloureuse ?Open or Close

    Il est vraisemblable que ce ne soit pas la fissure elle même mais les muscles de la continence qui sont douloureux. Ceux-ci (notamment le sphincter anal interne) sont le siège d'une contracture permanente que l'on peut ressentir lorsqu'on palpe le tour de l'anus. Cette palpation, lorsqu'elle est appuyée, peut être douloureuse même à distance de la fissure. Cela explique probablement pourquoi la douleur se réveille parfois pendant plusieurs heures lorsque ce muscle est étiré (passage de la selle) et pourquoi la douleur s'estompe après un geste de chirurgie sur le sphincter alors même que la fissure est encore présente.

  • 6- Le post-opératoiresOpen or Close

    Le passage des matières fécales sur les plaies ne gêne pas la cicatrisation, mais cette situation nécessite de maintenir la région aussi propre et sèche que possible. Les fils sur la marge anale se résorberont spontanément en 10 jours environ. Les douleurs sont transitoires et souvent modérées, facilement contrôlées par les anti-douleurs classiques et un laxatif doux. La cicatrisation complète demande souvent 6 à 8 semaines. Un arrêt de travail de 10 à 15 jours est souvent nécessaire.

Haut de Page